Pensionnat Phoebe V.2
 

Partagez | .
 

 Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Membre du CE

avatar


Messages : 116
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 27
Localisation : Sur la terre

MessageSujet: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Jeu 5 Déc - 20:30



''' Bonjour sergent-chef Watson,

Mon résumé mensuel sera aussi futile que les autres. Depuis quelques mois, il ne se passe pas grand-chose. J’ai l’impression que la routine commence à s'installer. Depuis le temps où je ne fais que vous conter ma vie comme un journal intime, vous devez même plus lire ses messages. Bref, je continue tout de même. Vous rappelez-vous quand je vous ai parlé de cet incident [ . . . ]'''


Christophe déposa son stylo, déplaça sa chaise vers l’arrière tout en s’étirant allègrement. Il fixa le plafond durant quelques secondes, le temps d’engourdir les muscles de son coup puis revint à sa position initiale devant son bureau. Toujours dans le silence absolu, il déverrouilla le dernier tiroir puis sortit une feuille quadrillée contenant de lettre et chiffre. Celle-ci ressemblait étrangement à une grille de sudoku. La seule différence était que l’auteur de cette grille ne devait pas connaître les règles de ce jeu.

Son regard passait instantanément sur chaque feuille. Sa main, elle, écrivait de façon robotique des mots n’ayant aucun sens lorsqu’ils sont mis bout à bout sur une troisième feuille de papier. Le travail fini, il rangea tout son matériel et il mit le bout de papier énigmatique dans l’enveloppe juste à côté de sa planche d’écriture. En moins de temps qu’il faut le dire, une lettre était logée sur une table de bureau attendant à être posté. Sur celle-ci, on pouvait voir le nom d’un certain Oliver Bucker. Ça tombe bien, car Christophe voulait aller se promener. Peut-être allait-il tomber sur une boîte aux lettres au cours de sa baguenaude? Sans perdre plus de temps, notre homme aux yeux vairons ajusta ses bandages devant le miroir, enfila une veste et inséra la lettre dans l’une des poches du vêtement avant de sortir de son logis scolaire.

Sur le chemin vers la grande porte, il rencontra plusieurs élèves. Ce qui était plutôt inhabituel, les cours étaient terminés au moins depuis une heure. Ils devraient pour la plupart être à l’extérieur ou même avoir des activités de club. Enfin, ce ne sont que de simples spéculations d’un jeune étudiant. C’est surtout qu’il aurait préféré qu’une certaine minorité soit “absent”. C’est toujours la même chose jour après jour, les demoiselles parlent secrètement de l’homme de leurs rêves qui les aurait regardées et les messieurs, eux, inventent des scénarios pervers et loufoques en pensant aux idoles de l’école. Ce genre de cliché le décourage. Heureusement qu’ils ne sont pas beaucoup. En ce qui concerne les autres, certains étaient toujours retissant à croiser son regard. D’autres, majoritairement de sa classe, lui souriaient tout simplement. Un petit geste anodin, mais qui lui apportait le plus grand bien. Une preuve que ses efforts commencent à payer. Christophe leur répondait par un signe de la main. Bien évidemment, il leur souriait, mais puisqu’il est difficile de rendre des pansements invisibles, ça ne vaut pas la peine d’en faire mention.

Arrivée à l’extérieur, une petite brise caressa chaque partie de sa peau accessible. Le soleil étant caché par une couche épaisse nuageuse, il était content d’avoir mis sa veste. Et dire qu’il y a à  peine quelques heures une lumière aveuglante et chaude venait nuire sa concentration durant le dernier cours de la journée. Maintenant, il comprenait pourquoi tout le monde était à l’intérieur. Ce temps grisâtre pouvait apporter un peu de pluie. Il regarda les feuilles des arbres visibles et ne vit rien annonçant des averses. (Un vieux truc de grand-mère, si les feuilles des arbres se retournent lors d’une brise lors d’un temps nuageux, alors il y a de bonnes chances d’avoir de la pluie.)  Christophe fixa le ciel avant de dire à voix haute.

« J’espère que ce truc est vrai. Et puis peu importe,  si je finis trempé je l’aurai cherché »

Maintenant qu’il s’était rassuré, il pouvait commencer sa promenade. Le choix le plus logique semble être d’aller directement à la ville. Malheureusement, ce serait beaucoup trop simple. Une fois sorti de l’enceinte de l’établissement, il allait prendre toujours la route à droite. Pourquoi la droite? Simple, Christophe s’est levé du pied droit ce matin et de plus, il est droitier. Sa marche de santé débuta en sifflant joyeusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 10/07/2013

Feuille de personnage
Fiche de présentation:
Race : Chiita - guépard
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Ven 6 Déc - 9:33


Winter is coming.

La sonnerie venait de retentir, aussi puissante qu’un coup de cloche. Déjà, on entendait les salles se désemplir, en effet, après une longue journée passée à travailler, la plupart des élèves n’avaient envie que d’une chose : S’en aller au plus vite. La majorité devait néanmoins rester dans l’enceinte de l’établissement, lieu où se trouvait leur lit. Ils étaient rares ceux qui habitaient sur l’île de Mans. Qui aurait idée de venir s’installer sur cette minuscule île ? Lorsqu’on envoyait un jeune ici, c’était pour s’en débarrasser, ou pour l’exiler. –Plus récemment, il y avait aussi eu une nouvelle raison d’arrivée massive : La fuite de réfugiés-. Mais rarement pour une cause anodine. Personne ici ne pouvait se vanter de venir pour son Q.I de génie ou pour ses capacités physiques hors du commun. Et oui, le pensionnat pheobe n’était qu’un lieu de décharges.

Eternel dernier lors des sorties de cours, Lynde pouvait assister à la même scène habituelle : Un attroupement de demoiselles bloquant à moitié le couloir. La raison n’était plus à préciser. Tenant son sac lâchement sur l’épaule, il passa à côté sans un regard, lâchant juste un soupire d’exaspération entre ses dents.

Habituellement, son parcours du soir se composait ainsi : Chambre-Réfectoire-Chambre-Couloir-Chambre, avec quelques petites variantes qui pouvaient être une sortie en ville et dans ses environs, une réunion, le squattage d’une autre chambre –chose déjà faites plusieurs fois lorsque Lynde n’avait pas le courage ni l’énergie de revenir dans la sienne. Mais ce soir, il ne passa pas dans sa chambre. –Cela peut vous paraître anodin, mais venant du blond, ce changement d’emploi du temps était surprenant, sisi, je vous promets-. Lynde était directement sorti de pheobe, avec son sac à l’épaule. Alors que les autres cherchaient la chaleur, lui voulait la fraîcheur de l’hiver. Première mauvaise idée.

Ne voulant pas être submergé dans un bain de foule, le guépard avait préféré aller se plonger dans les arbres. Là, il était sûr de trouver la tranquillité. Deuxième mauvaise idée.

Sa dernière mauvaise idée fut de s’éloigner des sentiers, après avoir été captivé par des empruntes de sanglier, fraîchement déposé dans la boue.

Bref, il était perdu. Et maintenant, il pleuvait. De la pluie froide, comme si de la neige venait de fondre. Chose venant compléter le tout ? En quelques minutes à peine, Lynde s’était retrouvé mouillé devant la puissance de l’averse –qui n’était toujours pas passée. La seule chose bénéfique : L’étudiant avait réussi à trouver un abri dans une espèce de souche d’arbre centenaire, entre les toiles d’araignées et leur occupantes. Bien que les occupants ne soient pas des plus accueillants, cet abri improvisé avait un gros avantage pour lui, il était assez grand pour que plusieurs personnes puissent tenir assises. Le garçon n’attendait personne mais cet atout lui était tout autant favorable, il pouvait s’allonger, les jambes repliées,  et attendre.

Alors qu’il commençait à s’endormir, il fut réveillé par un martèlement de sabots. Devant lui, à a peine quelques mètres, se trouvait des biches. Innocentes, pures, elles marchaient en fil indienne, reniflant la terre, à la recherche de quelques choses à manger. Voulant les voir de plus près, Lynde se tourna légèrement, sans un bruit, mais elles redressèrent aussitôt la tête, les oreilles aux aguets, comme si un son venait de les perturber, et elles s’enfuirent, avec autant de grâce que dans leur arrivée. Un autre type de bête vint les remplacer : Christophe Crawford. … Christophe ? Qu’est ce qu’il faisait en forêt avec cette pluie, alors que la nuit était en train de tomber ?

En le voyant Lynde hésita à l’inviter dans son modeste abri, ou à le laisser poireauter sous la pluie. Mmm, ce gars était quand même un collègue de réunion, cela la foutait mal s’il le laisser attraper froid.

«  Merde ! T’es vraiment pas discret Chris’ ! Un rebelle t’entendrait arriver à des kilomètres.  »

Son choix était fait.

[C'est pas terrible, terrible, mais on va dire que ça passe ~]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 13
Date d'inscription : 02/11/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part

Feuille de personnage
Fiche de présentation: http://pensionnat-phoebev2.forumactif.org/t133-sayuri-h-kiyomizu-debarque-termine
Race : Phoque polaire
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Jeu 16 Jan - 23:35

La jeune fille respira l'air frais hivernal quand elle franchit les portes du bâtiment pour se diriger à l'extérieur. Elle se délecta pendant quelques minutes de cette douceur provenant du Nord. Elle se perdit dans ses pensées pendant quelques minutes, restant ainsi, debout, au milieu du passage. Celles-ci se dirigèrent vers ses proches, puis vers ses origines. Une certaine mélancolie monta en elle. Ses souvenirs remontaient à chaque inspiration. Certains joyeux, d'autres moins. Elle rouvrit les yeux, inspira une bonne bouffée de cet air et se mit à marcher.

Cela faisait un bon moment que la fin des cours avait sonné. Elle était restée plus tard pour préparer quelques dossiers et revoir certaines choses en tant que secrétaire du Conseil. La demoiselle n'était pas du genre travailleuse. Étant une excellente élève et ayant quelques problèmes de socialisation, elle avait dans un premier temps, eu quelques difficultés à s'adapter à son nouveau poste. Mais cela faisait déjà un moment qu'elle était ici, et il était donc devenu naturel pour elle, de rester quelques heures en plus le soir pour travailler. Elle profitait de ce temps pour faire ses devoirs lorsque elle en avait.

Elle avança donc, un peu n'importe où. Elle scruta les alentours. Il restait peu de monde dehors, sûrement à cause de la fraîcheur qui commençait à s'installer. Ou peut-être était-il plus tard qu'elle ne le pensait. Ceci dit, elle n'y accorda que peu d'importance, n'éprouvant que peu d'intérêt envers autrui. Elle se dirigea donc vers les dortoirs.

Arrivée devant la porte de sa chambre, elle se posa quelques secondes, sans vraiment avoir de raisons particulières de le faire. Elle finit cependant par l'ouvrir et entra à l'intérieur de la pièce. Elle lança son sac de cours par terre et se jeta sur le lit. La tête dans l'oreiller, elle resta ainsi une bonne vingtaine de minutes avant de se relever avec difficulté et de s'asseoir. Elle avait une forte envie de dormir. Cependant, un autre désir venait la titiller, celui de se balader par se superbe temps. Elle réfléchit pendant quelques instants et ayant finalement pris sa décision se dirigea avec entrain vers son armoire. Elle l'ouvrit en grand, en sortit une jupe noire, un t-shirt beige avec quelques motifs dessus ainsi qu'une paire de chaussures assez larges qui contrastaient avec sa tenue légère. Elle enfila le tout, ajouta une ceinture, remis en place ses cheveux, vérifia son look et satisfaite, ferma l'armoire et tourna les talons.

Une fois sortie de l'enceinte de l'établissement, elle pensa qu'elle aurait peut-être pu mettre des vêtements plus chauds ou prendre une veste pour paraître plus normale vis à vis des autres. Surtout qu'il avait commencé à pleuvoir depuis quelques minutes. Les gouttes étaient froides et lorsqu'elles percutaient la peau de la jeune fille, celle-ci s'en exaltait. Changeant directement d'idée se disant que c'était les autres qui étaient les moins normaux de ne pas pouvoir profiter de ce merveilleux temps qui s'offrait à eux et n'ayant que faire des regards des autres, en plus d'avoir le don de pouvoir passer inaperçue, elle avança, oubliant cette idée stupide qu'elle avait eu sur sa tenue. Marchant tranquillement sur le trottoir, les mains ballantes, le regard pensif, elle ne se rendit pas compte qu'elle finit par s'éloigner du goudron et qu'elle empruntait un sentier terreux.

Lorsqu'elle souleva son regard, elle se rendit compte que ce n'étaient plus des bâtiments qui l'entourait, mais plus d'une centaine d'arbres. Elle regarda autour d'elle et remarqua qu'elle s'était bien enfoncée. Encore heureux qu'elle se trouve encore sur le sentier. Ne voulant pas réfléchir plus que ça, elle se dit sur le moment que c'était peut-être une bonne idée de se balader dans les bois, parmi les fougères, les ronces et autres types de plantes se trouvant ici. Elle sortit son baladeur de sa poche de jupe, attrapa les oreillettes, se les mit dans les oreilles et reprit sa route sur un bon rock.

Sayuri, prise d'une pulsion quelconque, se mit à se dandiner, à balancer la tête de droite à gauche et se laissa au fur et à mesure entrainer par la musique. L'eau ruisselant sur son visage, sur sa peau, lui rappelant toutes les bonnes sensations de l'océan. Ses cheveux plaqués contre sa tête et complétement lisses et emmêlés. Elle prenait le temps de savourer chaque perle humide qui roulait sur sa peau.

Lorsqu'elle crut entendre quelque chose, elle s'écarta du chemin, s'accroupit près des fourrés et activa son pouvoir afin de se dissimuler. Avec la pluie son brouillard pourrait peut-être passer pour un phénomène tout à fait normal. Cependant, ce dont elle n'avait pas fait attention et pas penser, c'est que les traces de ses chaussures étaient très visibles dans la terre devenue de la boue à cause de l'eau qui continuait à tomber des nuages présents. Et ce n'était pas en cinq secondes que la pluie allait balayer les traces. Elle pria pour que l'animal qui en ressortirait serait un mignon petit lapin et non pas un sanglier fou.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rebelle

avatar


Messages : 49
Date d'inscription : 27/10/2013

Feuille de personnage
Fiche de présentation:
Race : requin
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Ven 17 Jan - 1:19

Le réveil sonnait déjà depuis quelques minutes quand Shin se décida à l'arrêter. Il regarda d'un air blasé l'heure sur le réveil, puis se retourna et fixa le plafond de sa chambre. Il avait vraiment pas envie de bouger, et encore moins d'aller en cours. Allait il finir par se lever pour foncer en cours, ou bien se rendormir et outrepasser les heures de cours obligatoires ? Sentant que ses paupières le dirigeaient tout droit vers la deuxième proposition, le jeune homme se décida finalement à laisser de côté la facilité pour se concentrer sur le travail. Après tout, il était venu pour ça a la base. Son sac avec ses cours pour la journée prêts, le jeune squale se leva et se dirigea vers son armoire avec ses vêtements qu'il avait si bien ranger (comme tout les mecs quoi) pour choisir ce qu'il allait mettre aujourd'hui. Un tshirt manche longues ou manches courtes ? Grraah il détestait se prendre là tête avec des questions si futiles... Il opta finalement par un tshirt noir qu'il couvrit d'une chemise blanche avec un requin marteau dans le dos. Son côté "fier d'être un squale" sans doute va savoir. Un jean, chaussettes, je vous passe les détails vu que vous savez vous habiller. (du moins je l espère)

Arrivé en bas, il décida d aller manger un bout avant d'aller affronter le monde de la culture. Un pain au chocolat, deux tranches de bacon et un verre de café au lait. Voilà son p'tit dej. Avec deux sucres pour le café. Il prit bien son temps en mangeant, il avait envie d étudier un peu le comportement des autres à l'heure du repas, histoire de repérer les yajuu prédateurs et les pacifiques. C'était un peu son passe temps, il aimait bien faire ça quand il s'ennuyait un peu. Regardant l horloge de la cantine, il soupira quand il s'aperçut que ça faisait déjà vingts bonnes minutes que le cours avait commencé. C'est donc en traînant la patte que le garçon se rendit en salle de cours, parti pour sept heures de rester assis derrière un bureau à écouter le prof parler... Vous l'aurez deviné, Shin n'aimait pas trop les cours.


Ce fut le premier à se lever et à quitter la pièce quand la sonnerie retentit. Balançant son sac sur un banc à l'entrée du pensionnat, il alla se dégourdir les jambes en courant partout comme un deraté. La pluie commencait à tomber, ce qui réjouit et attrista le petit d'homme. Ça lui rappelait la mer, le monde marin c'était bien. Mais de l'autre, il allait à tout les coups tomber malade, et être moins performant vis à vis de son don. Regardant à gauche à droite il vit un petit avec une écharpe qui dormait. S'approchant de lui, il lui subtilisa sans le réveiller, lui laissant un mot et quelques pièces, en dédommagement. Bon, elle puait un peu trop le cheval, peut être parce que le petit était un yajuu équidé nan ? Mais avec la pluie, l'odeur s'atténuerait donc pas de problème. Shin décida d'aller faire un tour, pour visiter les lieux. Pendant que la plupart des élèves se dépêchaient de rentrer se mettre à l'abri, lui marchait tranquillement, se dirigeant vers la sortie de l'enceinte et le début des sentiers menant vers maintes directions.

A quelques mètres, le jeune homme aperçut un petit bois, et décida d'aller l'explorer, histoire de s'occuper un peu. La pluie se faisait plus intense, si violente que l on pouvait croire que les bois pleuraient sous les coups de mère Nature. Tout se passait pour le mieux quand Shin aperçut des traces de pas sur le sol. Mélangées à la boue, elles étaient encore fraîches. Quelqu'un était passé par la il y a pas longtemps. Seulement, il y avait aussi la faune qui vivait ici, et les traces ne disaient pas si c'était humain ou animal... A ce moment, Shin décida d'utiliser son don, pour voir si il n'était pas chasser ou épié. Tout ce qu'il arriva à distinguer c'était les odeurs des oiseaux blotti dans leurs nids à quelques arbres et un terrier de lapin non loin de la. Mais quelque chose le gênait. Il sentait une autre odeur, une qui ne venait pas des bois... Le squale commença à marcher, se dirigeant vers la ou son odorat le conduisait, et se retrouva devant une souche d'arbre entouré de feuilles mortes. La pluie étant toujours présente, il aperçut un mince brouillard dans un coin. Faisant confiance à son flair, il se mit sur ses gardes, cherchant du regard d'où venait cette odeur. Elle était la, autour de lui, et le surveillait. Ça le mettait d'un côté mal à l'aise car il n'aimait pas être pris en chasse. Mais de l'autre, l excitation de savoir à qui appartenait cette odeur le mettait dans un état second. C'est donc après quelques minutes qu'il se décida à mettre fin au concert que faisaient les gouttes de pluie sur la flore locale.

Je sais que t'es la. C'est bon tu peux sortir. A moins que tu préfères rester sous la pluie ? Dans ce cas, puis je me joindre à toi ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 116
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 27
Localisation : Sur la terre

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Ven 17 Jan - 14:18


La petite promenade de notre marcheur solitaire se poursuivait du bon pied. Son activité principale était de parler aux oiseaux. Étant lui-même un oiseau, il était assez facile pour lui d’approximer un chant d’oiseaux réaliste avec l’aide de ses cordes vocales. Bien évidemment, il ne leur parlait pas vraiment. Christophe ne faisait que siffler joyeusement en regardant les oiseaux volant dans tous les sens. L’agissement des  petites bêtes laissait pour croire qu’elles étaient surprises de s’apercevoir que la source du roucoulement ne venait pas d’un de leurs congénères. Plus il avançait, l’activité des volatiles se faisait rare. Peut-être avaient-elles enfin compris son manège? Il comprit la raison lorsque le ciel décida de laisser couler quelques larmes. En fin de compte, on pourrait dire à chaude larme.

« On dirait bien que les autres [les élèves] avaient pris la bonne décision. *Soupir*, maintenant il serait dommage de retourner au pensionnat sans un rhume. En y réfléchissant, ça me ferait une bonne excuse pour éviter une réunion du conseil. »

En y réfléchissant encore plus, il vint à la conclusion que ça ne changerait rien.
Son truc n’avait malheureusement pas fonctionné. Christophe releva le capuchon de sa veste et continua sa marche ignorant complètement l’eau qui tombait du ciel. Son périple l’avait mené trop loin de l’école pour reculer maintenant. Il finit par tomber sur un croisement de sentier peu ordinaire. Techniquement, l’embranchement n’en est pas un. L’un des chemins avec été créé à l’usure par le va-et-vient des animaux. Ce faux sentier, allant vers la droite, semblait être un raccourci vers plus d’arbres. Une plus grande superficie d’arbre veut dire plus de feuilles donc moins de gouttes d’eau le prenant pour cible. Si ça avait été que de lui, il n’aurait pas eu la préoccupation de s’abriter de la pluie. Malheureusement, les parties visibles de ses bandages commençaient à s’imbiber d’eaux. Christophe poursuivit donc sa folie de « droititude », mais d’un pas légèrement plus vigoureux.  

Effectivement, c’était un raccourci, merci aux animaux qui ont eu la brillante idée de créer ce chemin. Il entendait très clairement les animaux s’enfuir dès qu’il progressait la forêt. Normal, il est difficile d’être discret lorsque nos souliers font un bruit louche à chacun de ses pas. Un autre type de bruit dissipa la mélodie de la pluie et des couinements de ses souliers. Ce n’était pas simplement un son, mais une voix familière. De plus, celle-ci semblait s’adresser à lui directement. Christophe se tourna lentement en direction de la voix. Il aurait bien pu ne pas se retourner, juste par cette façon de se faire réprimander, il savait déjà à qui il avait à faire. Mais bon, un peu de respect s’imposait. Il se trouvait tout de même en présence de son président : Lynde Jefferson Evens.  

« Allons président, pour quelles raisons un rebelle attaquerait-il un paisible élève durant sa marche de santé. De plus, ce n’est pas comme si je cherchais à être discret. »

Dit-il en souriant et en se grattant la tête bêtement. Christophe remarqua que son pansement sur le bras gauche ne tenait plus. Il se dépêcha à camoufler son bras derrière son dos en tirant le plus possible sur sa manche pour rapatrier son bras à l’intérieur de celle-ci.

« Bref, qu’est-ce que tu fais ici? Tu n’as pas des trucs de président à faire? … Ne me dis pas que tu fuis tes responsabilités! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 10/07/2013

Feuille de personnage
Fiche de présentation:
Race : Chiita - guépard
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Dim 19 Jan - 19:18


Mission top secrète.


Christophe avait toujours été un phénomène étrange. C’est le genre de gars qui inspire un mélange de crainte et de respect. De mystère aussi. Il devait bien avoir quelques amis, mais ces bandages en dérangeaient plus d’un lors d’une quelconque interaction sociale. Recouvrant presque la totalité de son corps – Lynde n’était jamais aller vérifier -, ses bandages étaient sources de beaucoup de rumeurs. L’hypothèse la plus loufoque qu’il lui eu donné d’entendre était celle des insectes. Comme quoi la peau de Christophe était recouverte d’insecte sur l’ensemble du corps, que plusieurs vers dépasseraient de sa peau, et que des centaines de fourmis, scarabées, et tous ce qui a six pattes galoperaient dessus. Il suffisait d’un minimum de sens pour savoir que cela n’était pas probable : Jamais on ne voyait quelque chose faire bouger les tissus blancs.

De son côté, Lynde n’avait aucun avis sur la question. Ils ne se fréquentaient pas vraiment, même s’ils étaient dans la même classe. Il faut dire que même s’il connaissait un peu tout le monde, le blond n’avait pas un groupe d’amis prédéfini. Marchant le plus souvent en solitaire, il trainait avec n’importe qui comptant dans ses relations. Ainsi, il évitait de se lasser des gens, à force de trop  les fréquenter –Oui, il était ce genre de personne. Au Japon, il en avait été autrement, puis ce que dès qu’il avait un moment, il le passait avec son meilleur ami, Sancto. Des potes aux 400 coups, toujours fourrés ensemble.  

Depuis qu’il s’était redressé, sa vue se retrouvait juste en face d’une feuille, où tombait des gouttes de pluie à intervalle régulier. En comptant les secondes d’écart, qui étaient de moins en moins nombreuses,  Lynde pu en déduire que la pluie commençait à se calmer, une bonne chose. A moins qu’elle ne reparte aussi vite qu’elle n’était arrivée. Cela viendrait mettre en péril le plan que le président venait juste d’inventer.

« .. Mmmh, fuir mes responsabilités dis-tu ? Lynde s’arrêta, pensif. Certes, il était une personne important dans la vie de l’établissement, surtout pour le mouvement anti-rebelle. Mais devait-il avoir non-stop des responsabilités ? C’était un peu trop lui demander. Surtout lorsque en temps normal, il ne les respectait pas.  Oh, je vois ! Bien sûr que non. Il sourit pleinement. Un sourire si grand qu’il pouvait facilement être prit pour un faux, ce qu’il était. Je suis actuellement à la cueillette de rebelles ! Keuf, keuf. Tellement crédible. Ils pourraient être cachés n’importe où autours de nous ! »

Ajoutant le geste à la parole, il se leva et brisa une jeune pousse, dont il se servit pour faire quelques mouvements de faux art martial.

« Et tu viens juste d’être recruter pour cette importante mission Chris’ ! L’avenir de l’établissement est en jeu. »

Histoire d’être plus crédible –et encore plus ridicule-, il sortit son portable, et après avoir tapé quelques faux numéros, leva l’appareil à son oreille. Oui, oui, moui, je sais. Vers le nord tu dis ? J’arrive. Il y a Chris’ avec moi.

Lynde fit tournoyer son arme improvisée dans les airs, comme une vraie majorette, et pointa une direction au hasard, qui menait sûrement en plein cœur de la forêt.

« En avant camarade ! »

Ainsi, ils s’enfoncèrent dans les bois, en direction du sud-est. Si je vous dit que Lynde est con parfois, vous me croyez ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 13
Date d'inscription : 02/11/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part

Feuille de personnage
Fiche de présentation: http://pensionnat-phoebev2.forumactif.org/t133-sayuri-h-kiyomizu-debarque-termine
Race : Phoque polaire
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Mar 4 Fév - 0:24

Sentant l'angoisse monter en elle, Sayuri arrêta de respirer l'espace de quelques secondes. Son rythme cardiaque s'accélérait, ce qui n'était pas une bonne chose. Elle tenta de se ressaisir. Après tout, elle avait été habituée à être chassée sous son apparence animale. Mais dans ce genre de situation, elle n'arrivait pas à canaliser sa peur. Elle inspira profondément avant d'expirer lentement.

Elle fut plutôt surprise de voir un homme surgir de nulle part. Ce n'était pas un sanglier, elle fut rassurée. Mais ce ne fut pas pour autant qu'elle mit fin à sa cachette. Elle restait sur ses gardes, le jeune homme n'aurait pas dû autant l'effrayer, mais une personne présente dans la forêt par ce temps, ce n'était pas tout à fait normal. Il fallait qu'elle se montre prudente. Toujours à l'abri des regards, elle l'observa. Il s'approchait dangereusement de l'endroit où elle se trouvait. Elle le savait que la pluie n'aurait pas pu recouvrir ses empruntes de pas en si peu de temps. Mais ce qui était encore plus bizarre c'est qu'il ne regardait pas le sol pour se diriger, comme si il savait que la jeune fille était là, comme si il l'avait repéré, ou tout simplement vu. L'avait-il observé alors qu'elle se trouvait sur le chemin ? Allait-il lui faire quelque chose ? Son angoisse monta encore d'un cran.

Le jeune homme s'arrêta devant le brouillard. Sayuri sentait la fin arriver pour elle. Elle releva la tête et le voyant aussi proche, voulu reculer mais ne sentant sous son pied aucune emprise, abandonna l'idée. Elle continua à le regarder, espérant qu'il allait juste uriner ou qu'il avait vu un champignon ou autre, et qu'il allait passer son chemin. Mais ce ne fut pas le cas. Il attendit quelques instants.

"Je sais que t'es la. C'est bon tu peux sortir. A moins que tu préfères rester sous la pluie ? Dans ce cas, puis je me joindre à toi ?"

Elle sursauta. Elle le savait, il l'avait repéré, il allait lui faire la peau, la dépouiller, vendre sa fourrure à des acheteurs de peau .... Attendez une minute, que venait-il de dire ? La pluie ne la dérangeait pas, au contraire, elle aimait ça. Mais ce n'était pas ça. Se joindre à elle ? Il n'avait pas l'intention de vendre sa fourrure ? Ni de lui prendre ses biens ? Ni autre idée farfelue qui avait germée dans la tête de la jeune fille ?

Elle hésita quelques instants. Devait-elle prendre sa forme animal et essayer de fuir ? Ou de rester cacher ici jusqu'à ce qu'il parte ? Ou encore de se dévoiler et de se mettre en danger ?
Elle se leva lentement tout en continuant de l'observer. En regardant de plus près, ce visage ne lui était pas inconnu, elle l'avait déjà vu quelque part mais où ? Et puis après tout, avec le monde qu'elle croisait dans la journée, il était possible qu'elle ait pu le croiser également. Dans une rue, un couloir, etc ...

Elle finit par se lever entièrement et dispersa son brouillard dans l'air. Elle était dévoilée au grand jour, qu'allait-il donc lui faire maintenant qu'elle était en face de lui sans se dissimuler ? Elle n'osa y penser et préféra espérer que des choses positives se passeraient.

"Ça ne me dérange pas, j'aime la pluie. Je t'avais pris pour un sanglier"

Elle s'éloigna du bas côté afin de se remettre sur le chemin. Elle continuait de jauger le jeune homme évaluant sa possible dangerosité. Ne voyant aucune action ou menace de sa part, elle laissa tomber toutes ses idées loufoques. Elle s'avança de nouveau vers lui et comme pris d'un sentiment de responsabilité l'interrogea :

"Que fais-tu ici, à te promener dans une forêt et sous la pluie ?"

Elle se rendit compte qu'elle était mal placée pour dire ça, après tout, elle aussi se trouvait ici. Elle aussi se promenait seule dans la forêt, sous la pluie, comme si cela était la chose la plus naturelle du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rebelle

avatar


Messages : 49
Date d'inscription : 27/10/2013

Feuille de personnage
Fiche de présentation:
Race : requin
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Jeu 6 Fév - 15:19

Il savait que la personne se cachant la l avait entendu. Tout ce qu'il fallait faire c'était attendre sa réaction, mais aussi de savoir qui se cachait la dessous. Le brouillard commenca à se lever, et une silhouette se forma petit à petit devant lui. Une silhouette qui se révéla être une fille, de son âge à peu près. Celle ci garda ses distances, ce qui reste normal quand on se fait débusquer lorsqu'on est en pleine chasse. Elle était assez jolie il faut dire, et puis il était persuadé de l'avoir déjà vue... Au pensionnat surement. Quoi qu'il en soit, elle accepta de se joindre à lui, ajoutant qu'elle l avait pris pour un sanglier, et lui demanda ce qu'il faisait la.

"Un sanglier hein ? Haha ! T aurais fait quoi si ça avait été le cas ? Parce que tu sens bon quand même, et un sanglier, bah il est doué avec son nez !"

Shin s approcha de la jeune fille et se mit à la renifler, imitant ainsi l'animal qu'elle avait mentionné. C'était un petit truc pour détendre l atmosphère, mais il y avait quand même autre chose derriere ce petit manège : il mémorisait en même temps l odeur de la jeune fille. Il faisait ça depuis que son don et son instinct animal de prédateur s'était éveillé. Comme fait un chien pour marquer son territoire, lui marquait les gens, les considérant comme "proies potentielles". Son petit jeu ne dura que quelques dizaines de secondes, son odorat étant bien développé, pour s'approprier une odeur ça allait très vite. La pluie continuait de tomber ardemment, et nos deux pensionnaires étaient déjà bien trempées. Le jeune homme enleva sa veste et la mit au dessus de la jeune fille, histoire de faire un abri improvisé. Il se mit derrière elle, avanca sa tête jusqu'à avoir sa bouche au niveau du cou de la demoiselle et lui répondit à sa deuxième question.

"Et' bien j'étais en train de me ballader, m évader un peu de l enceinte. Et toi alors ?"


Dernière édition par Shin vyz narael le Jeu 8 Mai - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 116
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 27
Localisation : Sur la terre

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Mar 11 Fév - 4:08


Occupé avec son bras, Christophe n’écoutait que la moitié de ce que racontait Lynde. De toute façon, c’était le classique : la cueillette de rebelles, cachés n’importe où, tu viens juste d’être recruté, l’avenir de l’établissement est en jeu et blablabla. Son discours ne changeait presque jamais lorsqu’il s’agissait de sauver le pensionnat. Voilà, comment résumer son chef en quelques lignes. C’est malheureux, mais bien qu’ils soient tous les deux dans la même classe et dans le conseil, Christophe ne connaissait rien de Lynde. Il savait autant de choses que les autres étudiants soient : un étudiant blond solitaire à ses heures qui parlait à tout le monde. En quelque sorte, Lynde lui ressemblait sauf que celui-ci se faisait approcher des gens contrairement à notre momie. Enfin pour finir sur une note positive, pour Christophe, Lynde représentait bien l’esprit du pensionnat. C’est pour cette raison qu’il suivra son chef aussi longtemps qu’il aura besoin de lui.

Donc… Attendez une minute!! ... Qu’est-ce que le blond venait de dire : « Tu viens d’être recruté. » L’attention de Christophe revint à son président. Celui-ci improvisait misérablement des katas avec une brindille de bois. Trop concentré à ne pas rire devant le visage de Lynde, Christophe oublia totalement de s’opposer à son chef. Il se retrouva donc malgré lui piégé dans la grande mission existentielle de son chef. Une fois qu’il a réussi à t’avoir dans sa toile, il n’est plus possible de reculer. Lynde a la capacité unique d’attirer les gens vers lui. Le genre d’attirance où il est mieux de faire ce qu’il dit sinon tu allais en entendre parler pendant des années. C’est pas étonnant qu’il soit le chef du conseil étudiant.

Christophe soupira en regardant vers le sol. Une technique plutôt efficace pour reprendre son sérieux. Son regard fixa une flaque d’eau créée par le passage d’un animal quelconque. Un petit animal, probablement un sanglier. Bref, la quantité d’ondulation causée par la fréquence de la pluie diminuait de minute en minute. La petite averse allait finalement laisser sa place pour le soleil. Rien de plus logique quand on y pense. Notre momie ambulante retira le capuchon de sa tête. Il s’étira allégrement pour faire languir Lynde puis le regarda d’un regard neutre que seul lui pouvait faire. Les pansements sur son visage ajoutaient de l’intensité à son regard désintéressé. On pouvait aussi y lire : « Je vais m’en souvenir Lynde Jefferson Evens ».

— Très bien président. Si le sort de l’école est en jeu, je n’ai pas vraiment le choix.  

Sur les ordres de son chef, Christophe se mit à le suivre. Après quelques minutes de marches, il regarda le ciel. Il ne connaissait pas Lynde depuis très longtemps et Christophe n’était pas très bavard. Le ciel était le meilleur moyen de passer le temps. Jusqu’à ce que la position du soleil le titille un peu. En se fiant à la position actuelle du soleil, la trajectoire de son collègue s’alignait vers le sud ou vers l’est et non vers le nord contrairement à ce qu’il avait mentionné lors de sa supposée conversation téléphonique.  Mmm, il était temps de voir la crédibilité de son président adoré.

— Dit moi Lynde? La personne que tu as appelée doit être importante. Je ne connais aucun numéro de téléphone à 5 numéros. Et pourrais-tu m’en dire plus sur la mission?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 136
Date d'inscription : 10/07/2013

Feuille de personnage
Fiche de présentation:
Race : Chiita - guépard
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Mar 4 Mar - 22:56


Winter is coming.

Lynde avait cette capacité déconcertante de se mettre dans l’embarras tout seul. Comme un don. Quoique, le mot le plus adapté serait « malédiction ». Avait-il fâché les dieux à ce point lors de sa naissance ? Ou alors, ceux-ci pointaient un doigt dans sa direction à ce moment-là, et s’étaient exclamés en cœur "Que ce petit est parfait pour jouer les victimes". … S’était donc de leur faute ! A n’en pas douter, ils riaient de le choix en ce moment-même. Si seulement ils avaient réellement existé, bien sûr. Les croyants étant rare, et Lynde n’en faisait pas parti.

Quel adorable regard ! Il y avait tellement de tendresse et d’amour. Le blond aurait pus en fondre et sortir de ses poches le reste du kinder -qu’il avait sauvagement défendu contre  la folie déviatrice de son goinfre d’amie – pour le donner à Christopher. Ahum. Ouais, de toute façon, il avait l’habitude. Chris’ bien sûr. Le nombre de fois où il avait été traîné dans les plans farfelus du président, même le matin. Aucune heure n’arrivait à faire abandonner ses plans à Lynde. Quand il avait une idée, il fallait qu’il la mette en place, de peur de l’oublier sûrement. Souvent, ces illuminations de génir venaient le sortir du pétrin, qu’il avait l’habitude de créer.

« Seuls les hauts gradés le connaissent. C’est genre le numéro top secret de la personne la plus secrètement puissante du pensionnat. J’l’ai nommé : 5-3-2-2-1 ! »

Ouais, ouais, ouais, c’est c’qu’on disait pour pas paraître con, hein ? 5 numéros, une faute tellement facile, tellement simple. Lynde s’en serrait frappé la tête sur un tronc d’arbre s’il n’y avait pas eu Chris’ à ses côtés. Qu’est-ce qu’il ne ferrait pas en présence de son cher fanatique membre.

« Bahhh, juste de la routine. On va tomber sur des gens qui vont paraître louches, les surveiller quelques minutes, en avoir marre, et décréter qu’ils sont trop normaux pour faire partit de cette vilaine organisation de rebelle. »

Si Athe’ avait été présente pendant cette scène, elle aurait lâché un soupire d’accablement en lisant les pensées du jeune homme. Le "Je suis géniale" qui résonnait dans sa tête était peut-être un peu… gros. Pourtant, l’étudiant était fière d’avoir pu éviter la question de son sous fifre.  Trop fière, justement.

Lynde s’arrêta brusquement. Juste devant lui se trouvait les victimes idéales. Il fit signe à Chris’ de se taire – ce qui d’un côté l’arrangeait, puis ce que cela coupait court à l’interrogatoire de ce dernier. D’un signe rapide et professionnel - par ce que oui, quand il s’y mettait, il l’était- le blond plongea derrière un arbre, n’hésitant pas à salir son pantalon pour s’assoir dans la boue. Son doigt alla de sa bouche, dans un mouvement de silence, jusqu’à son oreille droite, signe qu’ils devaient tous deux écouter ce qu’il se passait, sans bouger.

Et si, finalement, il ne s’était pas trompé dans ses prédictions ?


| Sérieux, je joue un personnage tellement con quand même -n-
Désolé, désolé, désolé, c’est pas terrible et j’ai mis trop de temps, j’ai honte
J'avais dis en fin de semaine, mais finalement, wala ! |
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 13
Date d'inscription : 02/11/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part

Feuille de personnage
Fiche de présentation: http://pensionnat-phoebev2.forumactif.org/t133-sayuri-h-kiyomizu-debarque-termine
Race : Phoque polaire
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Jeu 8 Mai - 14:24

Ignorant totalement la remarque que lui faisait l'étudiant sur le sanglier, la jeune fille se plaqua quelques mèches rebelles sur le sommet de la tête. Celles-ci ne restèrent pas longtemps en place et revinrent boucler sur son visage. Elle se remit à observer le jeune homme, attendant une quelconque réponse sur sa présence en ces lieux, mais sa réaction fut tout autre.
Comme pour affirmer ses dires sur ce fameux "sanglier", il s'approcha d'elle et se mit à renifler. Sayuri, gênée, recula de quelques pas afin de s'éloigner de lui. Elle se surprit à le contempler de haut en bas. Cette personne était véritablement bizarre ou dérangée. Qui irait renifler quelqu'un ? Enfin, ce n'était pas à une fille associable de penser ça, après tout, les rapports entre les gens, elle se contentait seulement de les contempler. Certains actes étant plus stupides que d'autres et celui-là en faisait partie selon son point de vue.

La pluie se mit à redoubler d'intensité. La jeune demoiselle, regarda en l'air instinctivement avant de regarder de nouveau face à elle.
C'est alors qu'elle le vit. Le jeune garçon enleva sa veste et s'approcha de nouveau de Sayuri. Peu rassurée, elle fit deux-trois pas en arrière. Malheureusement, l'élève, faisant de plus grands pas qu'elle fut aussitôt à ses côtés et passa sa veste au dessus d'eux. Il se plaça derrière elle, rapprochant sa tête de l'oreille de l'adolescente afin de murmurer sa réponse.

"Un sanglier hein ? Haha ! T aurais fait quoi si ça avait été le cas ? Parce que tu sens bon quand même, et un sanglier, bah il est doué avec son nez !"

Rougissant de cette proximité, la jeune fille sortit de dessous de leur abri improvisé et se retourna les joues légèrement rouges. Se rendant compte qu'elle s'était trop éloignée, elle s'avança de nouveau afin de pouvoir fixer dans les yeux le jeune homme.

"Comme je l'ai mentionné un peu plus tôt, j'aime la pluie. Cela signifie donc que ça ne me dérange pas d'être dessous et trempée. Donc, je peux très bien me passer de cet abri. C'est gentil d'avoir proposé, ce n'est pas contre toi, mais je préfère sentir les gouttes d'eau tomber et ruisseler sur mon corps. C'est une sensation que je trouve agréable."

Elle resta ainsi quelques secondes avant de laisser un soupire s'échapper d'entre ses lèvres. Elle tourna les talons et se rendant compte qu'elle allait faire chemin inverse alors que ce n'était pas son but, se retourna, fixa le jeune homme encore une fois avant de passer à côté de lui, de le dépasser et de continuer sa route. Elle s'arrêta cependant et retourna une dernière fois.

"Si tu aimes si peu la pluie et qu'elle te dérange, tu devrais rentrer chez toi et te mettre à l'abri, voire au chaud. Sinon, je continue mon chemin alors à une prochaine fois"

Se remettant à marcher, elle pensa alors que cela faisait un moment qu'elle n'avait pas parlé à quelqu'un seul à seul. Hormis les membres du C.E ou encore les élèves qui venaient la voir. Bon même s'il faut avouer qu'elle a coupé court très vite à la conversation. Non ... mais ... attends !!? Le coup de la veste, c'était une technique de drague ou quoi ? Ce rapprochement soudain alors qu'il savait très bien qu'elle aimait la pluie. Sa tête se mit à bouillonner d'idées aussi farfelues les unes que les autres, ce qui l'a fit marcher encore plus rapidement et ne faisant plus attention à ce qui l'entourait et à l'adolescent mouillé qu'elle laissait derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rebelle

avatar


Messages : 49
Date d'inscription : 27/10/2013

Feuille de personnage
Fiche de présentation:
Race : requin
Information:

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Jeu 8 Mai - 20:16

Bon, et bien la dame avait refusé poliment l'abri fait a la va vite. La technique de Shin était quelque peu compromise, enfin d'un côté il était persuadé que la jeune fille ne demeurait pas insensible, vu son attitude a la fin et son conseil. Le squale eut un léger rictus, laissant voir ses cannines, puis se mit à marcher derrière la damoiselle. Il la sentait un peu perturbée, C'est le moment de jouer avec.

J'aime bien la pluie, au contraire. Je trouve que cela apporte une certaine fraicheur dans ce monde si hostile. Eh ! Attends moi, pars pas si vite !

Il entama sa course et attrapa la main de la jeune fille. Il sentait qu'elle dégageait une odeur pas comme celle des autres. Shin savait très bien où ca allait mener s'il continuait ce petit jeu. Son yajuu était toujours présent en lui, son mode de prédation avait déja commencé, avec le petit numéro de tout à l'heure. Collant sa main contre son torse, il tenta un autre numéro. Son coeur commencait à s'emballer, il savait bien qu'il jouait avec le feu vu son état.

Tu vois, tu as froid. Ta main est glacée. Garde ma veste et ne fais pas d'histoire. Même si tu veux pas de ca comme abri, met le au moins sur tes épaules.

Il jouait au petit protecteur avec elle, comme si elle lui appartenait. Il ne voulait surtout pas laisser s'échapper cette si charmante fille. Son devoir était de tout faire pour la garder. Elle pouvait s'avérer fort utile, et surtout, pourrait lui permettre d'avoir d'éventuelles... relations.

Au fait, je m'appele Shin. Je viens de Phoebe, je pense que toi aussi non ?

L'emmenant au plus profond de la forêt, il tenait fortement sa main dans la sienne. Ne pas la lacher, tout en faisant attention à elle. Voila dans quel état il était en ce moment. Perturbé, perdu dans ses gestes, déboussolé. Il fallait faire quelque chose pour qu'il reprenne pied. D'un coup, il s'arrêta. Se retournant d'un coup, il tira la jeune fille vers lui et l'embrassa. Assez long pour être bref, assez court pour être passionné. Le jeune squale prit ensuite la parole, le gout encore sucré et mielleux de la jeune fille dans la bouche.

T'as un petit copain ou pas au fait ? Vu ton charme et ton physique, je préfère me placer sur la liste d'attente ! Haha !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre du CE

avatar


Messages : 116
Date d'inscription : 17/11/2013
Age : 27
Localisation : Sur la terre

MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   Sam 17 Mai - 1:23

II y a des jours où l'on peut se demander s’il se rendait compte de ses actes. Cet instant est  l’un des meilleurs exemples de la palette d’idioties de son cher président. Oui, malgré tout il restait son président. C'est bien normal vu qu'il préside le conseil des étudiants. Ce qui en fait donc  une personne respectable. Pas vraiment en fait, c'est plus qu'il a des bons membres en arrière-plan qui maintiennent son image de marque. Quand on y repense, il y a toujours un équilibre à garder. Son éternelle lutte contre les fauteurs de trouble est probablement très exigeante donc c’est normal de plus avoir d’idées lorsqu’on veut taquiner gentiment ses chers membres.  Lors d’un temps de paresse mentale, il est plus simple de dire que Lynde est simplement bipolaire. L’une de ses personnalités est un génie dans quelques domaines et l’autre est un pur abruti qui aime foutre le bordel.  C’est juste dommage que Christophe soit  souvent pris dans ses histoires. Que pouvait-il avoir bien fait pour mériter ça … Bon, avec le coup de la brosse au-dessus de la porte de la salle du conseil, il l’avait mérité. (Pas très original ou drôle, mais c’est un détail.)

Avec tout ça et bien, les deux membres de conseil ne faisaient que marcher dans les bois. Du point de vue de notre momie, la situation ressemblait beaucoup à ce qu’on retrouve dans des livres d’aventure.  D’un côté il y a le petit nouveau. Le personnage avec de la joie de vivre, qui ne pense pas avant de parler. De l’autre côté, on a le héros expérimenté. Celui-ci est tranquille, discret et bien entendu s’exaspère éperdument du petit nouveau. Il n’est pas très difficile de savoir qui joue quel rôle. Voici tout de même un indice,  la momie marchait tranquillement derrière l’étudiant blond tandis que  celui-ci tentait de répondre  comme il le pouvait aux questions posées précédemment.

S’il y avait une chose à retenir, c’était ceci : Lynde voulait espionner les gens qui se promènent dans la forêt. Et au cas où il se faisait prendre, il avait besoin d’un compère pour trouver une bonne excuse à la situation embarrassante qu’il créerait. Christophe aurait bien fait demi-tour, mais lorsque l’idée lui traversa l’esprit son partenaire de marche  lui fit signe de se taire tout en se cachant derrière un arbre. Si tout cela avait été sérieux, notre momie aurait réagi tout aussi rapidement que son chef, mais puisque ce n’est pas le cas. Il alla tranquillement se placer derrière l’arbre qui se trouvait à côté de lui.  En regardant un peu devant lui, il distingua un groupe de silhouette en avant de lui. Il y avait aussi des bruits de voix.  C’était assez évidemment, il y avait d’autres personnes dans la forêt. Tout de même assez étrange puisqu’il pleuvait il y a de cela pas très longtemps. Probablement qu’ils ont été pris par surprise. Comme eux quoi.

Bref, Christophe ne savait pas trop quoi faire. Il pouvait très bien ne rien faire, mais rester derrière un arbre est barbant. Il pouvait cependant faire une chose qu’il fait très bien depuis qu’il est au pensionnat. Tourner au ridicule un étudiant blond.  Quoi ? Lors de son enrôlement forcer dans cette stupide mission, il l’avait bien dit visuellement qu’il allait se venger, alors pourquoi pas maintenant. Il s’éloigna un peu sans faire trop de bruis avant   de prendre une grande respiration.

« LYNDE, OÙ ES-TU. LYYNNNDE !!!!! CE N’EST VRAIMENT PAS LE MOMENT DE JOUER À LA CACHETTE. LYNDEEEE !!!!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les bois ce n'est pas pour moi [Pv: Shin, Lynde, Sayuri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Char à voile grot pour gorkamorka
» Flèches GN
» Listes fixant les objetifs de peintures, de 1000 à 3000 pts
» Cherche infos/conseils pour fendeuse à bois sur prise de force
» Diego - Ma gueule de bois ferait passer Pinocchio pour un vrai p'tit garçon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Phoebe :: Ailleurs, sur l'île. :: La forêt-